ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture)Le théâtre et le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma contemporain

Dès 1962, la 20th Century Fox, affaiblie par le gouffre financier de Cléopâtre, accuse un déficit record de 40 millions de dollars, tandis que la fréquentation a été plus que divisée par trois depuis 1946, pour un parc de salles réduit de moitié. La crise atteindra son maximum en 1969-1970, après un très provisoire redressement des « Major Companies » dans la voie ouverte par Darryl Zanuck qui, à peine arrivé à la tête de la Fox, s'était empressé de louer à la télévision un stock de deux cents films. On crie à la fin de Hollywood, mais le pouvoir change simplement de mains. L'intérêt des banques pour le cinéma n'est pas nouveau. Ce qui l'est, c'est que les sept Majors soient convoitées puis contrôlées en l'espace de vingt ans par des conglomérats financiers et industriels pour lesquels le cinéma ne représente qu'une activité parmi bien d'autres, depuis Universal, qui devient en 1962 une branche de Music Corporation of America, jusqu'au rachat de Columbia par Coca-Cola en 1982, en passant par celui de la 20th Century-Fox par le magnat du pétrole Marvin Davis en 1981, puis par l’Australien Rupert Murdoch en 1985, ou, en 1981 encore, la fusion d’United Artists (ruiné par l’échec de Heaven’s Gate/La Porte du Paradis, de Michael Cimino) avec M.G.M. pour constituer M.G.M.-U.A.

Une nouvelle donne économique

Le temps des Goldwyn, Thalberg, Zukor, moguls tyranniques mais aventureux et passionnés, est passé, au profit des purs hommes de finance. L'intérêt des conglomérats se porte ainsi sur les biens immobiliers : dès son arrivée à la Fox en 1981, le magnat du pétrole Marvin Davies envisage le déménagement du studio pour bâtir à son emplacement des immeubles de luxe. L'enjeu est également la filmothèque de chaque firme (43 p. 100 du prix d'achat de Columbia par Coca-Cola), mine d'or pour les télévisions, en particulier depuis l'explosion de la télévision payante par câble et à péage, dès 1972, suivie par le Sony Betamax en 1975, permettant d'enregistrer, puis les vidéocassettes en 1977 (enregistrement et vente). L'importante collection de vidéocassettes Warner Home Video est créée en 1979. Depuis lors, aux États-Unis comme ailleurs, les recettes dites vidéo (surtout DVD) représentent en moyenne plus de 70 p 100 du total des recettes. La donne risque encore de changer avec le développement de la diffusion par téléchargement sur Internet.

C'est aussi le vieux modèle de la production des grands studios hollywoodiens qui est remis en cause. United Artists, studio sans studios, employant un minimum de permanents, n'est plus une exception. À la production en série se substitue une politique de films moins nombreux et à gros budget. Chaque production est un « deal », calculé au moindre risque : marketing (dès la préparation du film) et sneak previews (projections tests) se développent. À côté des in-house productions (films entièrement produits par un studio, moins nombreux mais au financement plus lourd), les pickups, dont le studio se contente d'assurer la diffusion, sont montés par un producteur free-lance qui réunit sujet (droits littéraires), scénaristes, stars (représentées par leurs agents), début de financement et réalisateur. S'il conserve une part de l'esprit d'entreprise d'antan, il n'a souvent d'« indépendant » que le nom et demeure entièrement tributaire des décisions des grands studios, qui contrôlent les clés de voûte du système, garanties bancaires et circuits de distribution, sans oublier cette nouveauté des années 1980, reprise des studios Disney, que sont les droits sur les « produits dérivés » : figurines, tee-shirts, pin's, à l'effigie d'E.T. ou de Batman. Chacun des éléments mis en jeu dans le package deal doit désormais être monnayable. Le cinéma américain fut de tout temps une industrie, mais le conseil d'administration des conglomérats ne connaît qu'une seule règle : « Vous ne valez que ce que vaut votre dernier film. » Les carrières se défont (Elliott Gould) aussi vite qu'elles se font (Tim Burton), Joel et Ethan Coen, Quentin Tarantino, Gus Van Sant...).

Tim Burton

Photographie : Tim Burton

Tim Burton, cinéaste américain. 

Crédits : Vera Anderson/ WireImage

Afficher

Superproductions « sequels », « remakes » et « wonderboys »

Dans un tel système, l'idéal est le blockbuster, initialement film qui rapporte gros pour une mise de fonds minimale, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Lincoln Center

Lincoln Center
Crédits : Rohan Van Twest/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Edward Albee

Edward Albee
Crédits : Jack Mitchell/ Getty Images

photographie

Tim Burton

Tim Burton
Crédits : Vera Anderson/ WireImage

photographie

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg
Crédits : Paramount/ Getty Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII
  • : professeure des Universités
  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 1 251 mots

Sans doute en raison de la richesse de son expérience, la société américaine est peut-être de toutes celle qui présente les contrastes les plus prononcés, et dans tous les domaines. Ainsi le régime politique des États-Unis a-t-il été depuis près de deux siècles admiré et imité comme le modèle de la démocratie ; mais il en est peu aujourd'hui dont les adversaires s'évertuent avec autant d'acharneme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Les États-Unis d'Amérique se classent au troisième rang mondial par leur superficie (9 526 468 km2) depuis qu'ils ont réuni aux quarante-huit États qui les composaient traditionnellement l'Alaska en 1959 et les îles Hawaii en 1960. Leur population, 324 millions […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

L'histoire des États-Unis est celle – assez improbable – de treize colonies anglaises coincées au xviiie siècle entre la côte atlantique et les hauteurs des Appalaches, devenues quelque deux cents ans plus tard la plus grande puissance mondiale.Le continent nord-américain est abordé par les puissances europée […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le prestige économique et démocratique des États-Unis est immense : leur autoperception, comme l’image qu’ils renvoient à l’extérieur, est celle d’un pays garant des libertés fondamentales, dont la liberté économique n’est pas des moindres. L’hégémonie américaine s’est donc construite sur cette base, nourrie, dans les premières décennies de l’après-guerre, […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Grande puissance mondiale, avec une population de 300 millions d'habitants, les États-Unis continuent à être régis par la plus ancienne Constitution écrite actuellement en vigueur, élaborée en 1787-1788 pour un pays de 4 millions d'habitants. Fondé sur les principes du fédéralisme, de la limitation et de la sé […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Le trait le plus fondamental du droit des États-Unis, c'est qu'il n'existe pas. Il n'est qu'une abstraction. La seule réalité, c'est, d'une part, cinquante droits d'État (un peu plus, en tenant compte du droit de Washington, la capitale fédérale, de celui de Porto Rico, etc.), et d'autre part, le droit fédéral.Si, en e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Les États-Unis sont parfois présentés comme « une nation avec l'âme d'une Église » (Chesterton). C'est à voir ! Car ce n'est pas d'une Église qu'il faut parler, mais d'une multiplicité d'Églises, de dénominations, de réseaux et de sectes. Parmi ces dénominations, on peut estimer à une vingtaine celles qu […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

L'« Amérique », avant même de désigner un continent ou une nation, est communément assimilée à un « monde » ou à un « esprit » qui s'incarne dans les États-Unis d'Amérique, sources de réactions diverses et contradictoires, à la mesure de l'étendue d'un territoire, de ses contrastes et des particularités de son histoire. Cette histoire, singulière et brève, inséparable des bouleversements qui l'ont […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Le goût qu'ont les lecteurs européens pour la littérature des États-Unis n'est pas une mode passagère. On a pu croire que les troupes de la Libération avaient apporté Hemingway dans leurs bagages et que l'âge du roman américain ne durerait pas. Mais, des décennies plus tard, les œuvres « traduites de l'américain » occupent plus que jamais la devanture des librairies. Même ceux qui y cherchent l'im […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

L'histoire de l'art américain est d'abord celle d'un long combat pour échapper à la tutelle de l'Europe et affirmer son autonomie par rapport aux modèles et aux styles que celle-ci véhiculait. La fondation par Alfred Stieglitz, en 1902, du groupe de la Photo Secession, qui donne toute son importance à un médium encore mésestimé, l'exposition de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève FABRE, Liliane KERJAN, Joël MAGNY, « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/