FELLINI FEDERICO(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie.

  • 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers, de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bandes dessinées) et l'histoire de l'art. Il dessine également de nombreuses caricatures.

  • 1936-1937 Fellini publie des caricatures dans le journal local des jeunesses fascistes. Le directeur du Fulgor lui commande des dessins pour orner le hall de son cinéma.

  • 1938 Séjour à Florence. Fellini propose des caricatures au Corriere della sera et à des journaux satiriques, 420 et L'Avventuroso, qu'il signe du nom de « Fellas ».

  • 1939 Installation à Rome, où il se lie avec l'acteur Aldo Fabrizi.

  • 1939-1942 Abondante collaboration, textes et dessins, à l'hebdomadaire satirique Marc'Aurelio.

  • 1942 Premières collaborations cinématographiques comme scénariste (avec Piero Tellini et Cesare Zavattini) de Documento Z 3, et d'Avanti c'é posto, une comédie de Mario Bonnard avec Aldo Fabrizi.

  • 1942-1943 Travaille pour l'Alleanza cinematografica italiana (A.C.I.), où il rencontre Roberto Rossellini. Filme peut-être quelques scènes d'un film en Libye, interrompu par le débarquement allié, Gli ultimi Tuareg.

  • 30 octobre 1943 Federico Fellini épouse l'actrice Giulietta Masina.

  • 1944 Avec des amis du Marc'Aurelio, il ouvre avec succès une boutique de caricatures pour les soldats américains, le Funny Face Shop.

  • 1945-1952 Collabore comme scénariste et parfois assistant réalisateur aux films de Rossellini, Rome, ville ouverte (1945), Paisa (1946), L'Amore (1948), Onze Fioretti de Saint François d'Assise (1950) et Europe 51 (1951). Pour le « Miracle », second sketch de L'Amore, il est adaptateur de la nouvelle de Valle-Inclan, assistant-réalisateur, et interprète le rôle de saint Joseph.

  • 1947-1950 Scénariste, avec Tullio Pinelli, de nombreux films d'Alberto Lattuada, Duilio Coletti et Pietro Germi. Tourne une scène de Volets clos, commencé par Gianni Puccini, réalisé en fait par Luigi Comencini.

  • 1950 Réalise, avec Alberto Lattuada, Les Feux du music-hall (1951).

  • 1951-1952 Réalise avec Lattuada Courrier du cœur (ou Le Sheik blanc) avec Alberto Sordi, sur un sujet de Michelangelo Antonioni. Première collaboration avec deux membres importantissimes de la future « troupe » de Fellini, l'écrivain-scénariste Ennio Flaiano et le musicien Nino Rota, qui rejoignent Giulietta Masina et Tullio Pinelli.

  • 1953 Réalisation de I Vitelloni, lion d'argent à Venise, avec Alberto Sordi et Franco Fabrizi.

  • 1954 La Strada, avec Giulietta Masina et Anthony Quinn, reçoit le lion d'argent à Venise.

  • 1956 La Strada, oscar du meilleur film étranger à Hollywood.

  • 1955 Tournage de Il Bidone.

  • 1957 Tournage des Nuits de Cabiria, prix d'interprétation à Cannes et San Sebastián pour Giulietta Masina, oscar du meilleur film étranger à Hollywood.

  • 1958 Écrit le scénario de Fortunella, d'Eduardo De Filippo.

  • 1960 Sortie de La Dolce Vita, qui fait scandale. Le film obtient la palme d'or à Cannes. Il marque un tournant dans l'œuvre de Fellini, par son organisation en grandes scènes juxtaposées, qui seront désormais sa « marque de fabrique ». C'est également là que Fellini introduit celui qui va devenir son « alter ego », Marcello Mastroianni.

  • 1963 Sortie de Huit et demi, oscar du meilleur film étranger à Hollywood. La crise d'inspiration et le triangle amoureux (Marcello Mastroianni, Anouk Aimée, Sandra Milo) – deux thématiques qui, en s'entrecroisant, produisent une formidable machine à fantasmes.

  • 1965 Tournage et sortie de Juliette des esprits, avec Giulietta Masina. C'est le premier film en couleurs de Fellini. Et le dernier auquel collabore Flaiano.

  • 1968 Tournage de « Toby Dammit – Il ne faut pas parier sa tête avec le diable », un des sketches qui composent Histoires extraordinaires, d'après Edgar A. Poe. Bernardino [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  FELLINI FEDERICO (1920-1993)  » est également traité dans :

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 773 mots
  •  • 3 médias

En exploitant jusqu'à leurs ultimes conséquences deux traditions cinématographiques chères à l'Italie, le « spectacle » en tant que tel et une familiarité avec l'« au-delà » moins fantastique que secrètement (et ironiquement) intégrée à la vie quotidienne, Fellini s'est imposé comme l'un des rares cinéastes de la Péninsule dont la renommée mondiale ne so […] Lire la suite

HUIT ET DEMI (F. Fellini), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 186 mots

« 8 1/2 est un film aussi important pour la carrière de Fellini que pour notre cinéma », écrivait Alberto Moravia à la sortie du film. Avec Huit et demi (Otto e mezzo), en effet, Federico Fellini (1920-1993), qui collabora autrefois avec Roberto […] Lire la suite

HUIT ET DEMI, film de Federico Fellini

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 082 mots

Federico Fellini (1920-1993) a commencé en tant que cinéaste-chroniqueur, montrant des portraits attachants de la province italienne Les Vitelloni (I Vitelloni, 1953). Ensuite, le succès mondial de La Strada, 1954, mélodrame inoubliable, en fit une vedette que l'on rattacha au courant peu d […] Lire la suite

TUTTO FELLINI (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

À partir de l'automne de 2009, un grand nombre de manifestations et de publications rassemblées sous le titre Tutto Fellini ! ont permis de porter un regard renouvelé sur l'œuvre du cinéaste italien. Ainsi, l'exposition présentée au Jeu de Paume, Fellini, la Grande Parade (20 octobre - 17 janvier 2010) est une bonne occasion de faire le point sur l'univers d […] Lire la suite

BRAZIL, film de Terry Gilliam

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 961 mots

Dans le chapitre « Nonsense et antifascisme »  : […] Brazil a failli s'appeler 1984 1/2 , un titre qui le plaçait sous les auspices d'Orwell et de Fellini. À 1984 (publié en 1949), il emprunte en effet le cadre narratif d'une société écrasante aux citoyens sous haute surveillance permanente, et avec Huit et demi ( Otto e mezzo , 1962) il partage une propension à mélanger les rêves des personnages à la réalité de ce qu'ils vivent. Mais un 1984 es […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma italien »  : […] Les exemples tirés de l'histoire récente du cinéma en Europe sont beaucoup moins probants, et se limitent souvent à l'œuvre d'un grand artiste éclipsant la médiocrité nationale : Emir Kusturica, né en 1954 en Yougoslavie ; Krzysztof Zanussi et Krzysztof Kieslowski, nés respectivement en 1939 et 1941 en Pologne ; Béla Tarr, né en 1955 en Hongrie ; le Grec Theo Angelopoulos (1935-2012) ; les Russes […] Lire la suite

EKBERG ANITA (1931-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Actrice italienne d’origine suédoise, Anita Ekberg devint un sex-symbol international grâce à son interprétation d’une star de cinéma américaine à la plastique sculpturale dans le film de Federico Fellini, La Dolce Vita (1960). On garde en mémoire la scène nocturne où elle se baigne dans le bassin de la fontaine de Trevi, vêtue d’une robe du soir noire au décolleté audacieux, et invite le protag […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Érotisme et vision du monde »  : […] Techniquement, le cinéma se transforme en instrument de propagation d'un culte. Le « vedettariat » ne se conçoit pas sans certains rites. Que de jeunes premiers doivent apparaître torse nu ! Que d'actrices se montrent dévêtues, même des « intellectuelles » comme Edwige Feuillère dans Lucrèce Borgia , comme Jeanne Moreau qu'on a vue dans bien des baignoires, celle des Amants et celle de La Nuit r […] Lire la suite

FLAIANO ENNIO (1910-1972)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 875 mots

« J'ai toujours la sensation que tout a été dit. » C'est avec cette profonde conscience du dérisoire que Flaiano a écrit une œuvre éclatée, fondée sur le fragment, l'article de journal, la nouvelle, l'inachevé, marquée par l'ironie et une extraordinaire intelligence. Il fut le scénariste de grands cinéastes, dont Monicelli, Antonioni et surtout Fellini. Ennio Flaiano est né à Pescara (Abruzzes). A […] Lire la suite

GUERRA ANTONIO, dit TONINO (1920-2012)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Écrivain et scénariste italien, Antonio Guerra est né à Sant'Arcangelo di Romagna le 16 mars 1920. Après avoir écrit plusieurs poèmes et romans, souvent en dialecte romagnol, il vient au cinéma en 1957 avec le scénario de Hommes et loups ( Uomini e lupi ), de Giuseppe De Santis, qu'il élabore en collaboration avec Elio Petri, futur cinéaste que Guerra secondera plus d'une fois. Guerra va vite dev […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fellini-reperes-chronologiques/