PATHÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Français Charles Pathé (1863-1957), issu d'une famille de petits commerçants, exploitait le phonographe d'Edison dans les foires de la région parisienne lorsqu'il découvrit le Cinématographe. Intéressé par ce type d'appareil, il finance sans succès les recherches de Henri Joly, avant de signer un accord avec les frères Lumière pour « un projecteur Lumière transformé Pathé ». Avec son frère Émile, il crée Pathé Frères, dont l'activité conjugue la musique et le cinéma, sous un logotype (le coq et sa devise, « Je chante haut et clair ») qui révèle le primat du phonographe au cours des premières années d'exercice, jusqu'en 1906, du moins.

« Le cinéma est le théâtre, l'école et le journal de demain », déclarait Charles Pathé en 1901, quelques années avant de créer un studio de tournage et une fabrique de pellicule, de lancer des actualités cinématographiques, d'aider le cinéma scientifique, mais aussi et surtout de triompher sur le marché du cinéma de distraction, assisté notamment par l'indispensable Ferdinand Zecca. En 1908, Pathé est la plus grande firme cinématographique du monde, exportant vers de nombreux pays et détenant d'importants intérêts aux États-Unis où une alliance stratégique l'associe à Edison et aux principaux producteurs du pays. En France, Pathé affermit son pouvoir en imposant la location de ses films au lieu de la vente au mètre comme il était d'usage, et constitue un circuit de salles présent dans toutes les régions. Hors du pays, l'empire est décentralisé. S'il exporte aux États-Unis, Pathé produit sur place depuis 1910, diffuse Pathe Weekly, et remporte un grand succès avec des serials dirigés par Louis Garnier, comme The Perils of Pauline et The Exploits of Elaine. Bien qu'il n'ait guère participé aux innovations technologiques, Charles Pathé est le premier grand entrepreneur du cinéma de l'ère des pionniers.

La Première Guerre mondiale marque une rupture dans la vie de l'entreprise malgré la poursuite des activités de la filiale américaine. La maison Pathé va développer en 1922 le Pathé-Baby (le cinéma chez soi), puis le Pathé Rural (pour l'exploitation dans les petites salles), qui conquièrent de nouveaux marchés. Mais les filiales étrangères sont cédées (l'américaine sera absorbée par R.K.O.). La branche cinéma est en déclin, contrairement à la branche phonographique qui, dissociée de Pathé-Cinéma en 1918, fusionne avec des concurrents britanniques ; dirigée par Émile jusqu'en 1937, elle sera filialisée par E.M.I.

Charles a cédé sa société déclinante à Bernard Natan, qui, à partir d'un atelier de tirage de copies, a étendu son activité à la production de films, achetant les studios de Joinville-le-Pont et créant ceux de la rue Francœur, à Paris, aujourd'hui transformés en école de cinéma. Natan constitue un important circuit de salles en France et en Belgique, relance les Actualités Pathé, produit de nombreux films, des comédies populaires mais aussi L'affaire est dans le sac de Pierre Prévert (1932), et des œuvres signées Jean Grémillon, Henri Diamant-Berger, Marcel L'Herbier, Raymond Bernard, Maurice Tourneur, René Clair.

Les difficultés de trésorerie, l'endettement consécutif aux investissements dans les salles, le désintérêt des banques et quelques jongleries financières conduisent à la faillite en 1936. Natan, accusé d'escroquerie, est condamné dans un climat d'antisémitisme (c'est un juif roumain naturalisé). Après un deuxième procès, en 1942, il est livré aux nazis et meurt à Auschwitz. C'est très tardivement que l'on saura reconnaître les mérites de « l'escroc » Natan dans le cinéma des années 1930. La nouvelle société Pathé retrouvera vite la prospérité après la guerre. Production et diffusion sont toujours accompagnées de studios, de laboratoires de copies et du Pathé-Journal. Symboliquement relancée avec Les Enfants du paradis de Marcel Carné (1945), et par Le silence est d'or de René Clair (1947), Pathé se consacre au cinéma populaire autour d'acteurs comme Bourvil, Fernand Raynaud, Eddie Constantine, tout en participant à des coproductions européennes de films dirigés par Federico Fellini, Luigi Comencini, Sergio Leone.

Contrôlée depuis 1966 par le groupe Rivaud, financier issu du commerce colonial, Pathé se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PATHÉ  » est également traité dans :

BIENVENUE CHEZ LES CH'TIS (D. Boon)

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 942 mots

Avec plus de 20 millions d'entrées, Bienvenue chez les Ch'tis a pulvérisé en 2008 le record détenu en 1966 par La Grande Vadrouille , qui en totalisait 17 millions. Quelles sont les conditions d'un tel succès, capable de fédérer des spectateurs de tous âges et de toutes catégories sociales, en réutilisant des recettes déjà bien rodées dans le cinéma français ? Rappelons qu'en 1993 Les Visiteurs […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Document et fiction »  : […] Presque immédiatement une coupure s'établit entre l'authentique document (les caméras des opérateurs Lumière filment les voyages présidentiels en province, le jubilé de la reine Victoria ou le couronnement de Nicolas II, fragmentés en « vues » de 17 mètres) et les « fausses » actualités de Méliès ou des « metteurs en scène » Pathé : des figurants prennent la pose dans des décors rudimentaires ou […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le choc du cinéma parlant et la Grande Dépression »  : […] En octobre 1927, The Jazz Singer , le premier film parlant de l'histoire du cinéma moderne, sort à New York. Les industriels français sont en retard. Le premier film parlant la langue de Voltaire, Les Trois Masques d'André Hugon, n'arrive qu'en octobre 1929 ; il a été tourné dans un studio londonien. Mais six mois plus tard les spectateurs exigent des films qui parlent et qui chantent. Le passage […] Lire la suite

GAUMONT

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 980 mots

Le Français Léon Gaumont (1864-1946) est un industriel établi dans le matériel photographique lorsqu'il décide de financer les travaux de Georges Demen̈y sur l'image animée. Sa secrétaire, Alice Guy, passe à la réalisation dès 1896. Fabricant de matériel, Gaumont produit des films burlesques et des saynètes comiques, des petites fictions, qui alimentent un marché naissant, tandis que sont lancées […] Lire la suite

LA VICTORINE STUDIOS DE

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 1 208 mots
  •  • 1 média

Dès la première décennie du xx e  siècle, des firmes – françaises, mais aussi anglaises et allemandes – mettent à profit la photogénie du ciel, de la mer et des paysages méridionaux lors de campagnes de tournages hivernaux sur la Riviera. Afin de faciliter le travail des équipes, Charles Pathé édifie en 1908 un studio sur les rives du Paillon à Nice-Est. Léon Gaumont fait de même en 1913 sur les […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-26 novembre 1990 États-Unis. Hollywood aux enchères

-Pathé Communications. Le 26, un autre fleuron de l'histoire du cinéma, la société M.C.A. (Music Corporation of America), qui possède les studios Universal, passe sous contrôle étranger. Le groupe électronique japonais Matsushita la rachète en effet pour un montant de 6,1 milliards de dollars (environ 30 milliards de francs). Il s'agit là du plus important investissement nippon jamais réalisé aux États-Unis. […] Lire la suite

1er août 1990 France. Rachat de Pathé Cinéma par Jérôme Seydoux

Le groupe Chargeurs, que dirige Jérôme Seydoux, prend le contrôle de Pathé Cinéma en rachetant, pour 1,1 milliard de francs, les parts détenues par le groupe Rivaud (52,36 p. 100) et par l'homme d'affaires italien Giancarlo Parretti (46,5 p. 100), qui tentait vainement depuis deux ans d'acquérir la majorité de Pathé pour en faire le noyau d'une grande compagnie européenne de cinéma. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « PATHÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pathe/