A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 13 mars 2013, au cœur du désert d'Atacama, le radiotélescope A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) a été inauguré, en présence de Sebastián Piñera, président de la République du Chili, et des représentants des trois grandes organisations astronomiques – issues d'Europe, d'Amérique du Nord et du Japon – qui ont conduit conjointement le projet. L'instrument, situé à 5 100 mètres d'altitude dans les Andes chiliennes, non loin des frontières argentine et bolivienne, au pied du volcan Cerro Chajnantor (5 640 m), est un interféromètre qui combine 66 télescopes, encore appelés antennes, dispersés sur un plateau d'environ 16 kilomètres de diamètre, le Llano de Chajnantor.

Le Llano de Chajnantor et le site d'A.L.M.A.

Photographie : Le Llano de Chajnantor et le site d'A.L.M.A.

Le Llano de Chajnantor à 5 100 mètres d'altitude, avec la moitié des 66 antennes d'A.L.M.A. (l'ensemble a été complété à la fin de 2013). Au fond, le volcan Licancabur culmine à 5 920 mètres. 

Crédits : C. Padilla/ NRAO/ NAOJ/ ESO/ ALMA

Afficher

Ces télescopes, grandes paraboles métalliques orientables, recueillent le rayonnement des objets célestes dans un domaine de longueurs d'onde comprises entre 320 micromètres et 3,6 millimètres, formant une transition entre le rayonnement infrarouge lointain et les ondes radio. L'information détectée par chacun des 66 télescopes – ou par une fraction d'entre eux –, pointant le même objet, est transmise par fibre optique à un dispositif électronique central, où elle est analysée. L'image de l'objet observé est alors synthétisée. S'agissant de la résolution angulaire, c'est-à-dire de la capacité à distinguer des détails dans l'image, l'instrument est équivalent à un télescope de taille kilométrique. En raison des dures conditions de vie en altitude, le personnel présent sur le site d'observation est réduit, et l'instrument est commandé depuis une station intermédiaire située à 2 900 mètres, au-dessus de la ville de San Pedro de Atacama.

L'interférométrie, du plateau de Bure à l'Atacama

L'essor de la radioastronomie millimétrique date des années 1980, quand une première génération d'instruments permit de découvrir les propriétés des nuages de gaz et de poussière formant le milieu interstellaire. Les interféromètres du plateau de Bure dans les Alpes françaises (I.R.A.M.), de Nobeyama au Japon, d'Owens Valley en Californie révélèrent la chimie complexe de ces nuages et la diversité des molécules qui s'y trouvaient, leur rôle dans la formation des étoiles et leur évolution au sein des galaxies. Durant la décennie de 1990 le besoin d'une deuxième génération d'instruments, plus puissants, se fit sentir : trois projets parallèles virent alors le jour, en Europe – au sein de l'Observatoire européen austral (E.S.O.) qui achevait au Chili le Very Large Telescope dans le domaine optique –, au Japon et aux États-Unis.

L'Europe s'engagea rapidement dans la recherche d'un site approprié au Chili, qu'elle trouva dans le désert d'Atacama dont les qualités atmosphériques – dues à la sécheresse – sont exceptionnelles pour l'observation à ces longueurs d'onde. Menées de 1997 à 2003, les négociations aboutirent à la conception d'un projet commun : A.L.M.A. Il était relativement aisé de partager le travail et les réalisations industrielles, puisque les 66 antennes finalement retenues pouvaient être réalisées à partir des études initiales faites par chacun des partenaires : soit 12 antennes de 7 mètres de diamètre et 4 antennes de 12 mètres au Japon, 25 en Europe et 25 en Amérique du Nord (États-Unis et Canada). Une nouvelle structure, le Joint Alma Observatory, assure la direction et la gestion du projet, ainsi que la mise en œuvre de l'instrument au bénéfice d'une vaste communauté d'astronomes, en rassemblant les partenaires initiaux auxquels se sont joints l'Academia Sinica (Taïwan) et la république du Chili. L'astrophysicien français Pierre Cox a été nommé directeur d'A.L.M.A. en novembre 2012. Le coût total d'A.L.M.A. est d'environ 1,4 milliard de dollars américains.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Llano de Chajnantor et le site d'A.L.M.A.

Le Llano de Chajnantor et le site d'A.L.M.A.
Crédits : C. Padilla/ NRAO/ NAOJ/ ESO/ ALMA

photographie

A.L.M.A.

A.L.M.A.
Crédits : NRAO/ AUI/ NSF/ HST/ NASA/ ALMA

photographie

A.L.M.A. et la Voie lactée

A.L.M.A. et la Voie lactée
Crédits : C. Padilla/ NRAO/ NAOJ/ ESO/ ALMA

photographie

L'étoile brillante Fomalhaut (alpha Poisson austral)

L'étoile brillante Fomalhaut (alpha Poisson austral)
Crédits : NRAO/ NAOJ/ ESO/ ALMA

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Autres références

«  A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L’astronomie de demain »  : […] Jusqu'où iront le raffinement et la puissance des techniques et des méthodes de l'astronomie ? Il est difficile de le prévoir. La tendance actuelle est à la fois au gigantisme et à une complexité croissante des instruments. On veut voir toujours plus loin, donc des objets de plus en plus faibles, et les étudier dans tous leurs détails accessibles. Il n'y a aucune raison que cette tendance aille en […] Lire la suite

EXOPLANÈTES ou PLANÈTES EXTRASOLAIRES

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LAGRANGE, 
  • Pierre LÉNA
  •  • 6 343 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Formation et évolution des exoplanètes »  : […] Le scénario accepté de formation des planètes du système solaire considère que celles-ci se sont constituées dans un disque de gaz et de grains microscopiques de poussières, tournant autour d’un Soleil n’ayant pas encore atteint son état d’équilibre. Au sein de ce disque se seraient développés des grains de plus en plus gros, puis des corps solides appelés planétésimaux, d’une dimension atteignan […] Lire la suite

PLATEAU DE BURE INTERFÉROMÈTRE DU

  • Écrit par 
  • Alain OMONT
  •  • 1 332 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La radioastronomie millimétrique et les objectifs de Noema »  : […] La radioastronomie millimétrique étudie les ondes radio émises par les objets célestes à des longueurs d’onde millimétriques. Elle se focalise donc sur l’étude des molécules se trouvant dans les différents milieux astrophysiques et principalement dans une grande partie du gaz interstellaire suffisamment dense et froid pour que les molécules dominent ce milieu. Le rayonnement millimétrique qu’ell […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atacama-large-millimeter-submillimeter-array/