BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans aucun doute possible, Bourvil a été le plus grand acteur comique de sa génération. Son registre s'étendait à tous les genres, de l'humour bouffon au drame, avec une subtilité qui lui a permis de passer d'un extrême à l'autre en donnant l'impression de rester toujours naturel. Tout au long de sa carrière, il eut, à plusieurs reprises, le courage de ne pas se satisfaire d'un succès trop facile, faisant preuve d'exigence vis-à-vis de lui-même et de son métier de comédien.

Bourvil est sans doute le seul fantaisiste de music-hall (avec Raimu et Fernandel) à avoir réussi au cinéma une carrière qui ait exploité toutes les facettes de sa riche personnalité. Étiqueté « amuseur », il parviendra, malgré les réticences des producteurs qui le cantonnèrent pendant plusieurs années dans les emplois de « niais », à prouver qu'il était un interprète d'une absolue diversité.

Rien ne destine au spectacle André Raimbourg, né à Pétrot-Vicquemare, près de Bourville — d'où son pseudonyme — en Normandie. Apprenti boulanger, il s'amuse à jouer du cornet à piston : une passion qui lui ouvre le chemin du royaume des saltimbanques. À Paris, où il fait son service militaire, en 1937, dans la musique, au 24e régiment d'infanterie, le futur Bourvil pousse volontiers la chansonnette, et hante les caf'conc' de quartier. À la Libération, il tente sa chance dans les radios-crochets en imitant son idole, Fernandel, et débute au cabaret et à la radio. Vêtu, comme le veut la tradition, d'un costume de « paysan endimanché », Bourvil mène l'art de la chansonnette faussement naïve jusqu'à un raffinement jamais atteint. Entre ses mains, les couplets assez consternants de « Elle vendait des cartes postales... et aussi des crayons » deviennent le canevas d'une petite comédie irrésistible : la gestuelle de Bourvil est aussi éloquente que sa parole et ses silences.

Très vite, Bourvil débute au cinéma où il se contente de reprendre à l'écran son personnage de music-hall. Pendant cinq ans, et ce dès La Ferme du pendu (1945), Bourvil sera le paysan naïf, plein de bon sens, l'amoureux niais, l'archétype du comique troupier. Sa drôlerie et son ton très personnels rendent visibles des films comme Blanc comme neige, Par la fenêtre ou Le Rosier de Mme Husson. Fort heureusement, Henri Georges Clouzot a l'œil : avec Miquette et sa mère (1949), il lui permet d'affiner son personnage comique. Cette première « mue » de Bourvil sera suivie d'une seconde, encore plus spectaculaire, avec La Traversée de Paris (1956), où Claude Autant-Lara, pressentant les possibilités dramatiques et l'épaisseur humaine de Bourvil, lui confie son premier très grand rôle face à Jean Gabin. Son interprétation lui vaudra le grand prix d'interprétation au festival de Venise.

Il n'en néglige pas la scène pour autant : il reste plusieurs années à l'affiche de l'ABC dans La Route fleurie de Lopez et Vinci, avec Georges Guétary et Annie Cordy et connaîtra d'autres succès populaires avec Pacifico, Ouah ! Ouah ! et La Bonne Planque, comédie où il a Pierrette Bruno pour partenaire.

Mais le cinéma accapare Bourvil, qui alterne avec un instinct très sûr les aventures de cape et d'épée (Le Bossu, 1959, et Le Capitan, 1960, de Hunebelle), le mélodrame (Le Miroir à deux faces, 1958, de Cayatte ; Fortunat, 1960, de Joffé) et le drame (Les Bonnes Causes de Christian-Jaque), sans oublier les superproductions américaines comme Le Jour le plus long (1961) de Zanuck, où il incarne le maire de Sainte-Mère-l'Église. Il revient toujours, malgré tout, à la comédie. C'est à Gérard Oury, qui a la bonne idée de l'opposer à Louis de Funès dans Le Corniaud (1965), que Bourvil devra son plus grand succès commercial.

La gloire et la fortune n'ont pas statufié le paysan-Bourvil : il est le premier comédien prestigieux à faire confiance au jeune cinéaste Jean-Pierre Mocky, pour Un drôle de paroissien (1963), comédie grinçante qui sera un succès. Le public boudera leur Cité de l'indicible peur (1964, avec des dialogues de Queneau, d'après Jean Ray), refusant d'admettre Bourvil en détective angl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)  » est également traité dans :

LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 920 mots

Élève du cours Simon, Gérard Oury (1919-2006), né à Paris, intègre le Conservatoire en 1938, puis il devient pensionnaire à la Comédie-Française où Édouard Bourdet lui confie le rôle de Britannicus. L'occupation allemande le contraint à poursuivre sa carrière de comédien à Genève. Il revient en France en 1945 et s'intéresse au cinéma où il interprète de petits rôles dans Antoine et Antoinette (1 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert de LAROCHE, « BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bourvil/