CINÉMA (Cinémas parallèles)Le cinéma d'avant-garde

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’avant-garde moderne

Le mouvement s’internationalise

L’abandon d’une vision strictement évolutive de l’avant-garde aux États-Unis a permis à chaque nouvel artiste de prolonger une tradition : la voie baroque d’un Kenneth Anger (Scorpio Rising), le lyrisme visuel d’un Brakhage, la décadence du Warhol dernière manière (Chelsea Girls, 1966), les journaux filmés à la suite de Jonas Mekas (Walden, 1968), la pratique du found footage sur les brisées de Bruce Conner.

L’utopie des « deux avant-gardes » voulue par Wollen se réalise avec l’apparition de personnalités comme Yvonne Rainer, Marcel Hanoun ou le groupe Zanzibar autour de Jackie Raynal, Daniel Pommereulle, Serge Bard et Philippe Garrel à ses débuts, tandis qu’apparaissent dans de nombreux pays des courants nationaux qui ont du mal, jusqu’aux années 1980 et l’apparition du mouvement des laboratoires, du vidéo-art puis du numérique, à se défaire de l’héritage américain ou du moins à se le réapproprier. On peut néanmoins mentionner les travaux du Suisse alémanique Hans Helmut Klaus Schoenherr (Robert Walser, 1978), de l’Argentine Narcisa Hirsch (Pink Freud, 1972), de Carlos Castillo (Made in Venezuela, 1977).

De nouvelles écritures ont vu le jour à un niveau international, comme le fétichisme sexuel chez le Néerlandais Frans Zwartjes (Bedsitters, 1974, qui n’est pas sans rappeler les romans d’un Bukowski) proche du Britannique d’origine américaine Stephen Dwoskin (Central Baazar, 1975), l’animation fantasmagorique du Français Patrick Bokanowski (La Femme qui se poudre, 1972). Car, il faut le souligner, la lutte contre les tabous sexuels a constitué aussi une des priorités de l’underground.

Sous l’influence de Kenneth Anger, Jack Smith, des plasticiens Gina Pane et Michel Journiac, un cinéma du corps (moins violent que celui des actionnistes viennois des années 1960, et que Dominique Noguez nomme « école du corps ») apparaît en France dans les années 1970 avec, entre autres, les travaux de Maria Klonaris, Katerina Thomadaki, Teo Hernández, Stéphane Marti, André Almuró et Lionel Soukaz.

Certains films expérimentaux migrent, à partir des années 1970, vers la sphère de l’essai. Dans Rameau’s Nephew’ by Diderot (Thanx to Dennis Young) by Wilma Schoen (Michael Snow, 1974), l’auteur s’éloigne de ses préoccupations formelles pures pour s’aventurer dans un film discoureur où la mise en abyme et la référence sont de mise. On doit non seulement reconnaître les participants (P. Adams Sitney, Nam June Paik), mais tout autant appréhender leurs positions dans le monde de l’art et du cinéma. Le cinéma expérimental connaît alors sa phase « postmoderne ». Le modèle du cinéma structurel demeure vivace toutefois. Lorsqu’il croise le cinéma des laboratoires des années 1990, il en découle une pratique qu’on peut nommer « cinéma expérimental abstrait ».

La division du corpus avant-gardiste en deux parties (l’avant-garde historique européenne et l’expérimental américain), qui a longtemps servi de modèle aux critiques internationaux, n’est plus opérante à partir des années 1980, quand ce cinéma s’internationalise et s’hybride. Des pays ou des continents étrangers aux codes de l’avant-garde (Afrique, Asie – à l’exception du Japon) s’y adonnent désormais grâce aux mutations induites par les nouvelles technologies, dans un fort contexte de mondialisation.

Le courant lettriste

Un mouvement artistique pluridisciplinaire voit le jour en France dès l’après-guerre : le lettrisme, pratiqué essentiellement par Isidore Isou et Maurice Lemaître (mais auquel ont aussi appartenu Gabriel Pomerand, Gil J. Wolman, Guy Debord, Roland Sabatier ou Frédérique Devaux), qui anticipe nettement sur le cinéma structurel américain et l’Expanded Cinema ou « cinéma élargi ». Les lettristes seront les premiers à prendre acte qu’ils s’expriment à travers une histoire déjà longue du cinéma (et ceci avant la nouvelle vague). Isou distingue dans l’évolution du cinéma une phase « amplique », où ce dernier cherche à approfondir ses thèmes (c’est l’apport des Griffith, Chaplin à l’histoire du cinéma), une phase « ciselante », où le cinéaste fait imploser la cohérence anecdotique, fictionnelle, du film pour s’intéresser à tel détail de la représentation, de la matière, qui peut être grattée, attaquée chimi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Le Sang d'un poète, J. Cocteau

Le Sang d'un poète, J. Cocteau
Crédits : Sacha Masour/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Walter Ruttmann

Walter Ruttmann
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jonas Mekas

Jonas Mekas
Crédits : Wei Gao, 2018

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CINÉMA  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

La première projection du cinématographe Lumière a lieu le 28 décembre 1895, au Grand Café, boulevard des Capucines à Paris. Le nouvel art puisera abondamment dans le trésor dramatique aussi bien théâtral que romanesque, du xixe siècle finissant. Il lui empruntera sa puissance d'évocation liée à l'appétit de conquête d'une société industrielle en plei […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

S'il fleure bon le grec, comme le cinématographe, le terme « cinéphile » est – lui aussi – une création bien française qui supplante rapidement son malheureux rival « cinémane », et s'implante peu à peu dans le monde entier, comme l'atteste son adoption par les Anglais. Le mot recèle un pouvoir d'expansion qui ne se limite aucunement à « l'amour du cinéma », si l'on entend par là le goût indiffére […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les cinémathèques

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 4 480 mots

Le terme de cinémathèque est apparu au milieu des années 1930. Depuis, il n'a cessé de se brouiller. Dans les premières décennies du septième art, né comme spectacle à la fin de 1895, identifié comme art autour de 1910, la proposition de faire du cinéma un objet de collection ne pouvait que relever du non-sens. Lorsqu'il a conquis son premier public, le plus souvent sur les champs de foire du tour […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Le cinéma a la particularité d'être né de la technique moderne. Il est même l'un des symptômes et des causes de la modernité. Par leur existence, ses principes – c'est-à-dire la reproduction technique, le collage et le montage, avec les nouveaux rapports d'espace-temps, de discontinuité et d'hétérogénéité qu'ils impliquent – ont bouleversé les modes de repré […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 490 mots
  •  • 17 médias

Avant de devenir un art et une industrie, le cinéma est une somme de techniques. Du xviiie siècle à nos jours, mais surtout au xixe siècle, une suite de découvertes aboutit à la mise au point des premières caméras. Par un brevet en date du 13 février 1895, les frères Lum […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - L'industrie du cinéma

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean BENGHOZI, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 17 612 mots
  •  • 9 médias

Les industries du cinéma ont été et restent des industries mineures, si l'on compare leurs chiffres d'affaires ou le nombre de leurs personnels avec ceux d'autres secteurs industriels ; en France, par exemple, les recettes du cinéma correspondent au seul chiffre d'affaires d'une grande société de vente par correspondance. En revanche, si l'on replace les industries du film dans l'économie des médi […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Le droit du cinéma

  • Écrit par 
  • Gaëlle ROMI, 
  • Raphaël ROMI
  •  • 5 707 mots

Remise en question de façon récurrente par l'évolution du marché, la création cinématographique recouvre un ensemble d'activités protégées par un droit essentiellement économique. Celui-ci traite en particulier des conditions de régulation d'un secteur bénéficiant d'une limitation de la concurrence, notamment au moyen d'aides publiques. En tant qu'activité de production et de divulgation de conten […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 453 mots
  •  • 2 médias

L'origine du mot « documentaire » est incertaine. On peut noter son emploi dans des articles restés célèbres, mais sa première apparition en tant que substantif pour désigner une catégorie de films n'a pas été localisée avec précision. Ce n'est qu'avec l'apparition de Nanouk l'Esquimau (Robert Flaherty, 1922) qu'un nouveau mot se devait d'être employé. Il fu […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 835 mots
  •  • 6 médias

La représentation symbolisée, suggérée ou réalisée du mouvement apparaît comme une tentation constante des arts plastiques. Des siècles de simulacre magique (comme les peintures rupestres datant de la préhistoire et représentant des animaux à huit pattes, comme saisis en pleine course), de théâtre d'ombres ou de spectacle de projection confirment la persistance du vieux rêve humain de donner le mo […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 770 mots
  •  • 11 médias

Dans le vocabulaire courant, les termes « metteur en scène », « réalisateur » et « cinéaste » sont synonymes et interchangeables. Pourtant, si l'on s'en tient aux définitions, les deux notions sont bien différentes. Réaliser, pour le dictionnaire Robert, c'est « faire exister à titre de réalité concrète ce qui n'existait que dans l'esprit », et le « réalisateur » est « la personne qui dirige toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Raphaël BASSAN, « CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/