CLAIR RENÉ CHOMETTE dit RENÉ (1898-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur de films et, accessoirement, critique, essayiste et romancier. Après des débuts comme journaliste (L'Intransigeant), comme parolier (pour Damia), comme comédien (notamment pour Feuillade), comme assistant, comme critique (à Théâtre et Comœdia illustré), il tourne Paris qui dort (1923), puis Entr'acte (1924), qui veulent étonner et choquer, dans la ligne du dadaïsme (Clair est ami de Picabia et de Satie). Admirateur de Jacques Feyder, il va chercher dans l'image muette les façons d'exprimer l'intraduisible, dans deux films fantastiques d'abord (Le Fantôme du Moulin-Rouge, 1924 ; Le Voyage imaginaire, 1925), puis dans l'adaptation visuelle de deux comédies de Labiche, Un chapeau de paille d'Italie (1927) et Les Deux Timides (1928). Il y accumule les trouvailles, la verve, le rythme dans un montage analytique d'images minutieusement prévues dans un découpage précis.

Maurice Chevalier et René Clair

Photographie : Maurice Chevalier et René Clair

Maurice Chevalier (1888-1972) et René Clair (1898 -1981). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le parlant ne l'étourdit pas : au contraire, il le déçoit. « Il aurait dû venir, déclare-t-il, après la couleur et le relief. » Il se défend contre son ingérence, et s'amuse à introduire la chanson à couplets et la musique apparemment légère (mais signée Georges Auric, Georges Van Parys, Maurice Jaubert). C'est sa manière à lui de refuser le parlant intégral. Sous les toits de Paris, Le Million (1930), À nous la liberté (1931), Quatorze Juillet (1932), Le Dernier Milliardaire (1934) : pour d'aucuns, c'est la période faste, celle du « grand » René Clair, tendre, souriant, mélancolique parfois, un peu « fleur bleue », en pleine maîtrise de sa plume, de sa caméra et des possibilités offertes par le microphone. C'est l'époque aussi de la solide équipe de travail, avec Lazare Meerson aux décors et un petit groupe fidèle d'interprètes.

Passé en Angleterre (Fantôme à vendre, 1935 ; Fausses Nouvelles, 1937), puis aux États-Unis (La Belle Ensorceleuse, 1940 ; Ma femme est une sorcière, 1942 ; C'est arrivé demain, 1943 ; Dix Petits Indiens, 1945), il reste fidèle à son style. Clair joue avec les trucages, les fondus, les associations d'images ou de mots pour faire apparaître une mécanique du songe ou du fantastique. Il traite le rêve en technicien alors qu'il se prend pour un poète. Ce cinéma se veut un cinéma « d'auteur » : du scénario (ou de son adaptation) au poli final, Clair aura été l'un des premiers en France à faire d'un film un tout orchestré par un seul homme, aidé de comédiens (et non dominé par eux), travaillant en équipe homogène.

Allait-on, à son retour des États-Unis, retrouver le Clair d'antan ? Le silence est d'or (1947), L'École des femmes dans les décors de Sous les toits de Paris l'ont fait espérer un moment. Mais le maître ne pouvait reconstituer son groupe de collaborateurs amis, il cédait aussi à la tentation de « rédiger » avec plus d'apprêt ses dialogues, de recourir à des vedettes. L'ambition de La Beauté du diable (1949) dépassait ses moyens. Sa verve souriante, son amitié pour les humbles, son art de la poursuite réapparurent dans Les Belles de nuit (1953), au mécanisme si parfaitement huilé qu'il en perdait sa chaleur. Les couleurs pastel des Grandes Manœuvres (1955) évoquaient, comme le camaïeu délicat du Silence est d'or, en noir et blanc, les souvenirs de la Belle Époque. Malgré Brassens, Porte des Lilas (1957) accentuait un déclin que ne démentirent ni Tout l'or du monde (1961), ni Les Fêtes galantes (1965).

Les Grandes Manœuvres, R. Clair

Photographie : Les Grandes Manœuvres, R. Clair

René Clair se tourne vers sa jeunesse pour réaliser, avec Les Grandes Manœuvres (1955), variation sur le thème de Don Juan, une comédie romantique qui retrace la vie et les amours de garnison avant 1914 dans une petite ville de province. Ici, Michèle Morgan et Gérard Philipe, les... 

Crédits : Cinétel, Filmsonor, Rizzoli Film, SECA/ Cinédis/ Diltz/ Bridgeman images

Afficher

Opposant un démenti à Gide qui niait qu'on pût faire de l'art avec des bons sentiments, René Clair est un auteur de films souriants, pleins d'esprit, fantaisistes mais grêles : l'œuvre est à prendre ou à laisser quasiment en bloc, donc elle existe. Mais même ses admirateurs conviennent de son éclipse. Réflexion faite, notes pour servir à l'histoire de l'art cinématographique de 1920 à 1950 (Paris, 1951), ainsi que Cinéma d'hier, cinéma d'aujourd'hui (Paris, 1970) témoignent d'une nostalgie plutôt que d'une compréhension large du septième art. Est-ce parce qu'il est un habile ciseleur qu'on lui a reproché d'être académique ? Est-ce pour son académisme qu'il a été — premier cinéaste, mais aussi écrivain (Adams, 1926 ; La Princesse de Chine, suivi par De fil en aiguille, 1951 ; Comédies et commentaires, 1959) — élu académicien (en 1960) ?

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Maurice Chevalier et René Clair

Maurice Chevalier et René Clair
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Les Grandes Manœuvres, R. Clair

Les Grandes Manœuvres, R. Clair
Crédits : Cinétel, Filmsonor, Rizzoli Film, SECA/ Cinédis/ Diltz/ Bridgeman images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLAIR RENÉ CHOMETTE dit RENÉ (1898-1981)  » est également traité dans :

SOUS LES TOITS DE PARIS, film de René Clair

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 940 mots

En 1927, Le Chanteur de jazz (The Jazz Singer) d'Alan Crosland, avec Al Jolson comme vedette, remporte le premier grand succès international du cinéma sonore et parlant, bien que les dialogues y soient de très courte durée (deux minutes). Le film est distribué à Paris fin 1929 après avoir triomphé aux États-Unis. La […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Cinéma et théâtre »  : […] Pagnol, en tout cas, n'est pas le seul homme de théâtre français qui s'intéresse au cinéma. Avec lui, Sacha Guitry travaille sous les quolibets des esthètes, mais avec la confiance du grand public. Son cinéma, comme celui de Pagnol, est un cinéma d'acteurs et, de même, sa caméra enregistre d'un point de vue documentaire un drame qui existe sans elle. Curieusement, c'est vers Guitry que Renoir évo […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 507 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'avènement du sonore »  : […] L'avènement du sonore mit un terme à ces pratiques aléatoires qui ne peuvent que laisser perplexe dans la mesure où d'une salle à l'autre la perception que le spectateur avait des images pouvait s'avérer différente. Toutefois, il créa de nouveaux problèmes. Une question fondamentale se posa en effet : dès lors que tous les sons émis à l'image étaient audibles, comment justifier la présence d'une m […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le choc du cinéma parlant et la Grande Dépression »  : […] En octobre 1927, The Jazz Singer , le premier film parlant de l'histoire du cinéma moderne, sort à New York. Les industriels français sont en retard. Le premier film parlant la langue de Voltaire, Les Trois Masques d'André Hugon, n'arrive qu'en octobre 1929 ; il a été tourné dans un studio londonien. Mais six mois plus tard les spectateurs exigent des films qui parlent et qui chantent. Le passage […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 155 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les apports du cinéma parlant »  : […] On a dit et redit ce que le parlant avait fait disparaître en ses débuts : la pureté du genre, la suggestion, le mystère, la magie liés à l'absence de son, l'ambiguïté des situations, la liberté dans l'enchaînement des plans, la stylisation de la réalité, la liberté de tournage en extérieur (le parlant imposait au début l'insonorisation, donc le studio), etc. Toutes choses qu'il a dû lentement rec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor BACHY, « CLAIR RENÉ CHOMETTE dit RENÉ - (1898-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/clair-rene-chomette-dit-rene/