MIMOUN ALAIN (1921-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlète né le 1er janvier 1921 à Telagh (Algérie), Alain Mimoun fut un des champions français les plus populaires. Issu d’une famille modeste, le jeune garçon obtient son certificat d’études primaires. Il aurait voulu devenir instituteur, mais la nécessaire bourse lui est refusée, alors que les fils de colons la reçoivent presque tous. Cette injustice le poursuivra toujours. En 1939, il s’engage dans l’armée, car il veut connaître la mère patrie. Il découvre l’athlétisme à Bourg-en-Bresse, gagne deux courses du Championnat de l’Ain. Il sert dans le 19e régiment du génie en Algérie, où ses qualités pédestres lui valent d’intégrer l’équipe de cross-country de l’unité. Il combat en Tunisie en 1942-1943, se bat en Italie. En janvier 1944, il est grièvement blessé par un éclat d’obus durant la bataille du mont Cassin. Il évite l’amputation de peu, participe encore au débarquement en Provence.

Alain Mimoun gagne la métropole en 1946. Il devient garçon de café à la Croix-Catelan, propriété du Racing Club de France, dont il portera les couleurs. Il est déjà âgé de vingt-cinq ans quand il participe pour la première fois aux Championnats de France, en 1946 : il se classe deuxième du 10 000 mètres. Lors des jeux Olympiques de Londres, en 1948, alors quasi inconnu, il obtient la médaille d'argent sur 10 000 mètres, derrière l'intouchable Tchécoslovaque Emil Zatopek. En 1952, à l'occasion des Jeux d'Helsinki, il remporte d'abord, le 20 juillet, une seconde médaille d'argent sur 10 000 mètres, toujours derrière Zatopek. Le 24 juillet, il s'adjuge une nouvelle médaille d'argent, sur 5 000 mètres cette fois, encore derrière Zatopek, à l'issue d'une course restée dans les mémoires et lors de laquelle il améliore le record de France (en 14 min 7,4 s, échouant de 0,8 s pour le titre), tandis que l'Allemand Herbert Schade obtient la médaille de bronze et que le Britannique Chris Chataway, épuisé, a chuté.

Pour Alain Mimoun, la consécration vient le 1er décembre 1956. Lors des jeux Olympiques de Melbourne, il dispute le marathon. C'est la première fois qu'il s'aligne sur l'épreuve de 42,195 km. Ce jour-là, le soleil du printemps austral frappe fort, si bien que les concurrents vont devoir courir les 42,195 km sous une forte chaleur (36 0C). Mimoun se dégage, en compagnie de cinq adversaires, vers la mi-course, alors qu’Emil Zatopek est décroché. Le Français force l’allure au trentième kilomètre et se porte seul en tête. Il s'impose en 2 h 25 min, devant le Yougoslave Franjo Mihalic et le Finlandais Veikko Karvonen. Emil Zatopek, sixième, le félicitera chaleureusement.

Entre 1949 et 1956, Alain Mimoun a remporté par quatre fois le Cross des nations, ancêtre du Championnat du monde de cross-country. Il fut médaillé d'argent sur 5 000 mètres et sur 10 000 mètres lors des Championnats d'Europe en 1950, les deux fois derrière l'inévitable Zatopek. De 1947 à 1966, Alain Mimoun aura porté fièrement à quatre-vingt-cinq reprises le maillot de l'équipe de France, une longévité remarquée par le général de Gaulle, qui lui confia un jour : « M. Mimoun, nous avons tous les deux un point commun, nous durons ! » Le 7 octobre 1955, Alain Mimoun a également battu le record de France de l'heure (19,384 km). Il fut vingt-neuf fois champion de France, obtenant son dernier titre, sur le marathon, en 1966, à quarante-cinq ans.

Alain Mimoun continue de courir régulièrement jusqu’à quatre-vingts ans. Il s’éteint le 27 juillet 2013, à quatre-vingt-douze ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  MIMOUN ALAIN (1921-2013)  » est également traité dans :

HELSINKI (JEUX OLYMPIQUES D') [1952] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « 20 juillet »  : […] Dès la première journée des compétitions d'athlétisme, trois records olympiques sont battus. Dans le 10 000 mètres, Emil Zatopek (Tchécoslovaquie), lieutenant dans l'armée, se trouve à son apogée à vingt-neuf ans : il s'impose en 29 min 17 s, avec 15,8 s d'avance sur Alain Mimoun (France). Walter Davis, un géant Texan (2,04 m) de vingt et un ans victime de la poliomyélite à l'âge de huit ans, fra […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 087 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1948. Londres »  : […] En 1940, les Jeux devaient avoir lieu à Tōkyō le conflit sino-japonais conduit à les déplacer à Helsinki... La tourmente de la Seconde Guerre mondiale balaie tout cela. En 1945, la quadriennalité des Jeux est réaffirmée par le CIO, et Londres est choisie pour organiser les premiers Jeux de l'après-guerre. Les Allemands comme les Japonais ne participent pas aux compétitions, qui voient 4 099 concur […] Lire la suite

MELBOURNE (JEUX OLYMPIQUES DE) [1956] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 4 082 mots

Dans le chapitre « 1er décembre »  : […] Fin des épreuves d'athlétisme. Les favoris du 1 500 mètres – l'Australien John Landy (troisième) et le Britannique Brian Hewson (cinquième) – sont piégés par le sprint ravageur de l'Irlandais Ron Delany, un quasi-inconnu, qui s'impose en 3 min 41,2 s. Les États-Unis, avec Bobby Morrow dans la dernière ligne droite, s'adjugent titre et record du monde dans le relais 4 fois 100 mètres (39,5 s). Chez […] Lire la suite

ZATOPEK EMIL (1922-2000)

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  • , Universalis
  •  • 1 146 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un infatigable travailleur »  : […] Emil Zatopek est né le 19 septembre 1922 à Koprivnice, en Moravie du Nord. Il est le septième des huit enfants d'un charpentier. À seize ans, il commence à travailler dans la fabrique de chaussures Bata, à Zlin. De ces années sombres, marquées, en 1939, par l'invasion des hordes nazies, Zatopek gardera le goût de l'effort et du dépassement de soi. À la libération de la Tchécoslovaquie, en 1945, il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « MIMOUN ALAIN - (1921-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-mimoun/