LUMIÈRE LOUIS (1864-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un industriel franc-comtois spécialisé dans la fabrication de matériel photographique, Louis Lumière ne prétendit jamais au titre de cinéaste, se contentant de celui, plus humble, de physicien, doublé d'un bricoleur passionné qui se consacra jusqu'à la fin de ses jours à des recherches sur la photographie en couleurs, la stéréo-synthèse et le film en relief. Il n'« inventa » point du jour au lendemain le principe de l'enregistrement photographique du mouvement, ni l'illusion de sa reproduction, ni même la projection sur écran d'images animées, tout cela ayant été pressenti avant lui et parfois réalisé, de manière empirique, par Étienne-Jules Marey, Georges Demény, Émile Reynaud, Thomas Edison et bien d'autres. Il ne fit, aidé de son frère Auguste, que porter à leur point de perfection les travaux de ses prédécesseurs et rendre leur exploitation possible par l'utilisation de la pellicule perforée et un mécanisme simple d'enclenchement (le brevet du Cinématographe est déposé le 13 février 1895). Initialement, cette extraordinaire « machine à moudre » les images, à laquelle fut donné « le nom un peu rébarbatif de cinématographe » (pour reprendre les termes d'un journal de 1895, année de la première projection payante dans les salons du « Grand Café », à Paris, au mois de décembre, après qu'il eut été présenté, le 22 mars, à la Société d'encouragement à l'industrie nationale, et, le 17 avril, à la Sorbonne), ne représentait guère, dans l'esprit de ses créateurs, qu'une curiosité scientifique, à laquelle ils ne voyaient — ni ne souhaitaient — d'avenir commercial, et moins encore artistique.

Louis et Auguste Lumière

Photographie : Louis et Auguste Lumière

Louis Lumière (1864-1948) et son frère Auguste (1862-1954), inventeurs du Cinématographe. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images 

Afficher

Aussi bien les petits films tournés par Louis Lumière en guise d'application pratique (Le Déjeuner de Bébé, La Sortie des usines Lumière, L'Arrivée d'un train à la Ciotat, L'Arrivée des congressistes à Neuville-sur-Saône, Baignade en mer, La Partie d'écarté, L'Arroseur arrosé) relèvent-ils de l'amateurisme, pimenté d'intentions humoristiques ou publicitaires. Le succès imprévu de son invention le conduisit à envoyer aux quatre coins du monde des opérateurs (Georges Hatot, Félix Mesguich, Alexandre Promio) qui en rapportèrent, eux, des séquences franchement spectaculaires : réceptions, carnavals, corridas, couronnements, etc. Le pittoresque prend alors le pas sur la réalité simplement vécue. Louis Lumière, au contraire, s'intéressait à l'ordinaire de la vie, aux petits faits de tous les jours ; c'est en quoi, paradoxalement, il fit œuvre durable. Son art (même s'il n'en avait pas conscience) procède de la tradition impressionniste. De Cézanne et Renoir, il a appris à peindre « sur le motif », à ne pas trop s'éloigner du sujet, à choisir le point de vue d'où l'on embrasse l'essentiel d'une action. Ses successeurs s'attacheront au sensationnel, à la collectivité trépidante ; lui s'en tient à l'individu, à la scène de caractère. C'est déjà le « ciné-œil » de Dziga Vertov, le cinéma-vérité de Jean Rouch, le cinéma « direct » des metteurs en scène modernes. Y eut-il chez Lumière intuition géniale, manque d'imagination ou de moyens, absence totale de malice ? Toujours est-il que, grâce à lui, le cinéma devint d'emblée le serviteur du vrai, de ce vrai qui devient beau sans le secours de nul artifice. L'événement banal et quotidien apparaît comme une fête.

La Sortie des usines Lumière, A. et L. Lumière

Photographie : La Sortie des usines Lumière, A. et L. Lumière

Les ouvriers quittent leur travail pour la pause de midi, un extrait de La Sortie des usines Lumière, le premier film de l'histoire, réalisé par les frères Auguste et Louis Lumière en 1895. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Lumière nous tend un miroir où notre société se regarde et se juge. Méliès nous entraînera « de l'autre côté du miroir », vers la fantaisie et le rêve. Le rayonnement parallèle, et parfois conjugué, de ces deux pionniers éclaire tout l'avenir du septième art.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Louis et Auguste Lumière

Louis et Auguste Lumière
Crédits : Bettmann/ Getty Images 

photographie

La Sortie des usines Lumière, A. et L. Lumière

La Sortie des usines Lumière, A. et L. Lumière
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification

Autres références

«  LUMIÈRE LOUIS (1864-1948)  » est également traité dans :

PRÉSENTATION DU CINÉMATOGRAPHE LUMIÈRE

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Le 28 décembre 1895, Antoine Lumière présente, au salon indien du Grand Café, 14, boulevard des Capucines, à Paris, l'invention de ses fils Auguste (1862-1954) et Louis (1864-1948), le Cinématographe. L'image animée existe depuis 1894, avec le Kinétoscope de Thomas Edison et W. K. L. Dickson. Mais elle n'est […] Lire la suite

AUTOCHROME

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 232 mots

Décrite simultanément en 1869 par Louis Ducos du Hauron et par Charles Cros, la sélection trichrome, ou reproduction automatique des couleurs, consistait à prendre, sur trois films en noir et blanc, trois photographies distinctes du même sujet à travers trois filtres bleu, vert et rouge. Ainsi réalisait-on l'analyse des composantes primaires d'un sujet coloré, dont la restitution était obtenue par […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « « Le vocabulaire le plus riche » »  : […] Le cinéaste ignore, pour l'instant, les scrupules et les doutes de l'artiste moderne. En France, Louis Lumière se contente de cinématographier, comme il a toujours photographié, avec une science discrète de la composition. Il filme la sortie de ses usines , l'entrée d'un train en gare, une baignade en mer, une partie d'écarté, un bocal de poissons rouges. Il envoie ses opérateurs à travers le mon […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les cinémathèques

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 4 480 mots

Le terme de cinémathèque est apparu au milieu des années 1930. Depuis, il n'a cessé de se brouiller. Dans les premières décennies du septième art, né comme spectacle à la fin de 1895, identifié comme art autour de 1910, la proposition de faire du cinéma un objet de collection ne pouvait que relever du non-sens. Lorsqu'il a conquis son premier public, le plus souvent sur les champs de foire du tou […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 490 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'analyse photographique du mouvement »  : […] De très nombreux chercheurs, principalement des physiologistes, réussissent, dès 1852, à analyser photographiquement le mouvement, par une suite d'instantanés. Mais leurs techniques font appel à un matériel encombrant (plaques photographiques et installation de plusieurs appareils, ou plaques rotatives). Dans les deux cas (Muybridge , 1878, et Étienne Marey, « fusil photographique », 1882 ), on ne […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 318 mots
  •  • 6 médias

Aux tout premiers temps du cinéma, le réalisateur ne se distinguait nullement de l'opérateur, celui qui effectuait physiquement la prise de vues. Louis Lumière tourna lui-même les premiers films Lumière. Mais, dès que l'entreprise cinématographique Lumière devint une véritable firme commerciale, il fallut confier à d'autres le soin de se rendre dans des contrées lointaines pour en rapporter des i […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Si on considère que le cinéma s'est défini comme une suite cohérente d'images animées projetées sur un écran face à un espace destiné à accueillir des spectateurs, il est admis qu'il est né en France, le 22 mars 1895, quand la première « vue » des frères Auguste et Louis Lumière a été projetée à Paris devant un public de photographes et de journalistes. Le 28 décembre de la même année, dans un sa […] Lire la suite

IMAGE ANIMÉE

  • Écrit par 
  • Laurent MANNONI
  •  • 4 406 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps de l’industrialisation »  : […] Cette fusion va se concrétiser complètement au cours de l'année 1895 . Louis Lumière, qui connaît le kinétoscope et les appareils de projection d'Émile Reynaud et de Georges Demenÿ, dépose le 13 février 1895 un brevet pour un appareil chronophotographique réversible, non encore nommé Cinématographe, et qui va être présenté le 22 mars 1895 à Paris, devant les membres de la Société d'encouragement. […] Lire la suite

MÉLIÈS GEORGES (1861-1938)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 632 mots
  •  • 3 médias

Le cinématographe, tel que le concevait Louis Lumière, était d'abord une curiosité scientifique, un instrument de laboratoire, une sorte de jouet perfectionné, quelque peu magique, certes, mais ne pouvant guère dépasser le stade expérimental. De la photographie en mouvement, ni plus ni moins. De l'art, peut-être, mais non du spectacle, qui suppose une complicité avec le public, un rituel, qui impl […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'essor des systèmes argentiques au XXe siècle »  : […] Succédant à une première période dominée par des pratiques artisanales qui privilégiaient la diversité des approches et l'initiative individuelle, l'activité photographique du xx e  siècle est caractérisée par une hégémonie industrielle dans l'exploitation du procédé au gélatinobromure d'argent dont le potentiel de développement demeure inépuisé à ce jour. Les premières améliorations portent sur […] Lire la suite

Les derniers événements

8-12 novembre 1994 France. Démantèlement d'un vaste réseau de soutien aux intégristes algériens

Cette opération met en lumière les liens entre délinquance de droit commun et activisme islamiste, et permet la découverte de « planques », de dépôts d'armes et de munitions et d'une imprimerie clandestine de faux papiers, en banlieue sud et à Paris. Il s'agit, selon la police, de la plus vaste filière de soutien aux islamistes jamais démantelée en France. […] Lire la suite

28 juillet - 1er août 1994 France. Mise en examen et placement en détention du sénateur du Var Maurice Arrecks

Cette affaire a été mise en lumière à l'occasion des enquêtes engagées après l'assassinat du député du Var Yann Piat, en février. Le 1er août, Maurice Arreckx est mis en examen pour corruption active, recel d'abus de confiance et complicité, et placé en détention.  […] Lire la suite

21-30 octobre 1991 France. Polémique autour des transfusions de sang contaminé par le virus du sida

Enfin, ces révélations mettent en lumière les irrégularités de gestion des organismes chargés en France de la collecte du sang. Le 27, la polémique prend un tour politique, avec les déclarations télévisées de Laurent Fabius, Premier ministre en 1985, qui rejette les accusations de détournement de fonds portées contre son gouvernement par le professeur Roux. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « LUMIÈRE LOUIS - (1864-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 mars 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lumiere/